Carte blanche aux festivals de la Région

Une journée bien remplie

Un dimanche matin, à l'aube, le boulanger Jean Rousseau quitte son four et part avec sa mère vers un but mystérieux. Au cours de cette journée bien remplie, il enchaîne consciencieusement les meurtres. La police établit bientôt le lien entre ses victimes et tente d'arrêter la macabre série.
Fiche technique
Titre original
Une journée bien remplie
Pays
France
Année de production
1972
Durée
1 h 27 mn
Catégorie(s)
Fiction
Production
Jacques-Eric Strauss
Scénario
Jean-Louis Trintignant
Image
William Lubtchansky
Montage
Nicole Lubtchansky
Musique
Bruno Nicolai
Son
Jean-Louis Ducarme
Interprète(s)
Jacques Dufilho, Luce Marquand, Franco Pesce, Jean-Louis Trintignant, Vittorio Caprioli
Version
VOFR
Réalisateur
Jean-Louis Trintignant
Jean-Louis Trintignant
Né en Provence en 1930. Études au lycée d'Avignon puis à la Faculté de Droit d'Aix-en-Provence, il suit des cours de théâtre chez Dullin et chez Tania Balachova puis monte sur les planches en 1951 au sein de la Compagnie Raymond Hermantier. Il joue ensuite plusieurs pièces, notamment de Shakespeare, Ionesco, Kleist, Julien Green… Il débute au cinéma dans Et dieu créa la femme (1956) de Roger Vadim. Dès lors il tourne aussi bien en Italie (Un été violent, Le Fanfaron), qu'en France (Le Jeu de la vérité, Le Combat dans l'île, Paris brûle-t-il ?). Un Homme et une femme (1966) de Claude Lelouch, le fait connaître mondialement. Après Le Grand silence (S. Corbucci) et Le Voleur de crimes (N. Trintignant), son rôle dans Z (Costa-Gavras) lui vaut le Prix d'interprétation au Festival de Cannes en 1969. Sa carrière se développe dans les années soixante dix en France et en Italie (Ma nuit chez Maud, Le Conformiste, Le Train, Le Mouton enragé, Le Désert des tartares, La Terrasse…). Il réalise également Une Journée bien remplie (1972) et Le Maître nageur (1979). Il interprète souvent des personnages en demi-teinte: commissaire de police (Le Grand pardon, L’Œil écarlate), écrivain (Boulevard des assassins), agent immobilier (Vivement dimanche !), metteur en scène de théâtre (Rendez-vous), cinéaste (La Vallée fantôme), colonel (L’Instinct de l’ange, Fiesta), général (Le Moustachu) et même président de la République (Le Bon plaisir). Après Un homme et une femme : vingt ans déjà (1986), il revient au théâtre dans Deux sur la balançoire. Il joue notamment Love letters et Conversations sur un quai de gare avec sa fille Marie Trintignant. Ses derniers personnages au cinéma sont souvent des misanthropes cyniques : (La Femme de ma vie, La Vallée fantôme, Trois couleurs-rouge, Regarde les hommes tomber). Il vit désormais dans le Midi.

Séance

Mercredi 21 octobre 2020 , 12:00
Centre Rabelais
Présenté par Antoine Leclerc, Délégué général d’Itinérances