Films Isaki Lacuesta

Rouch, un noir

Portrait « passeport » de Jean Rouch lors de sa dernière visite à Barcelone, quelques mois avant son décès, à l’occasion de sa rétrospective à l’Institut français. Assis sur un banc de La Rambla, face à un bâtiment en ruines qui deviendra la Cinémathèque de Catalogne, il lit un de ses poèmes préférés, Mauvais sang de Rimbaud, et en récite un autre qu’il connaît par cœur, L’Étranger de Baudelaire. Un petit manifeste politique et poétique, dédié aux générations qui viennent.
Fiche technique
Titre original
Rouch, un noir
Pays
Espagne
Année de production
2004
Durée
5 mn
Catégorie(s)
Documentaire
Scénario
Sergi Dies, Isaki Lacuesta
Image
Sergi Dies, Isaki Lacuesta
Montage
Sergi Dies, Isaki Lacuesta
Interprète(s)
Jean Rouch
Version
VOSTF
Réalisateur
Isaki Lacuesta
Isaki Lacuesta
Né à Gérone en 1975. Auteur d’une trentaine de courts, de onze longs métrages et de plus de dix installations, Isaki Lacuesta s’est formé à l’Université Pompeu Fabra à Barcelone où il enseigne à présent. Étudiant de José Luis Guerín, Joaquim Jordà et Jean-Louis Comolli, cette formation a contribué à faire naître une nouvelle génération de cinéastes qui est source de renouveau pour le cinéma espagnol dans les années 2000. Réalisateur atypique, prolifique, voyageur, jouant des codes classiques du cinéma. Son cinéma brouille les pistes entre fiction et documentaire, variant à chaque fois de style et de type de narrations. Isaki Lacuesta est en recherche permanente et trace son sillon hors des sentiers balisés. Il aime proposer de nouvelles formes inspirées de l’essai, la correspondance ou l’art-vidéo. Même son prénom est une création ! Iñaki a fusionné avec le prénom de sa compagne et collaboratrice, Isa Campo, pour devenir Isaki Lacuesta. Celle-ci a coécrit avec lui certains films, ils ont coréalisé ensemble La propera pell, un film qui a d’ailleurs pour sujet l’identité avec Sergí Lopez. Son premier long métrage Cravan vs Cravan (2002) est inspiré par Arthur Cravan, poète et boxeur, neveu d’Oscar Wilde, à l’origine du mouvement dada. En 2009, il passe à la fiction avec Los condenados, un thriller se déroulant en Argentine. Il revient au documentaire en 2010 avec La noche que no acaba, une enquête sur le mythe Ava Gardner qui avait tourné en Espagne Pandora et Harem. Parmi ses films, La Leyenda del tiempo (2006) et Entre dos aguas (2018), le portrait à douze ans d’intervalle de deux frères gitans en Andalousie. Lauréat de la Concha de Oro au festival de San Sebastian pour Los pasos dobles en 2011, il obtient à nouveau ce prix en 2018 pour Entre dos aguas.
Sergi Díes

Séance

Samedi 26 octobre 2019 , 18:00
Corum - Salle Einstein
Mardi 22 octobre 2019 , 10:00
Corum - Salle Einstein