Clotilde Courau, invitée d'honneur du 40e Cinemed

Le Petit Criminel

Marc, un adolescent qui s'ennuie dans sa ville de Sète apprend par un coup de téléphone anonyme l'existence de Stéphanie, une sœur qu'il ne connaît pas. Emportant un revolver qu'avait trouvé sa mère, il décide de partir à sa recherche. Pour payer le voyage, il vole cinq cents francs dans une parfumerie et est interpellé par un policier qui veut le fouiller. Marc le menace de son arme et lui demande de le conduire jusqu'à Montpellier. En route, une étrange relation s'installe entre le flic et le jeune voyou.

Fiche technique
Titre original
Le Petit Criminel
Pays
France
Année de production
1990
Durée
1 h 40 mn
Catégorie(s)
Fiction
Production

Alain Sarde, Christine Gozlan

Scénario

Jacques Doillon

Image

Willy Lubtchansky

Montage

Catherine Quesemand

Musique

Philippe Sarde

Son

Philippe Samson

Interprète(s)
Richard Anconina, Clotilde Courau, Gérald Thomassin, Jocelyne Perhirin
Version
VOFR
Réalisateur
Jacques Doillon
Jacques Doillon
Né en 1944 à Paris, Jacques Doillon découvre le cinéma comme assistant monteur sur les films de Robbe-Grillet ou Reichenbach avant de rencontrer Gébé, le dessinateur de Charlie Hebdo avec qui il collabore sur un court métrage puis sur le long métrage L'An 01, film-manifeste impregné de l'esprit de mai 68. En 1974, il signe un film plus personnel, Les Doigts dans la tête, salué par la critique et notamment François Truffaut qui le suggère à Claude Berri pour réaliser Un sac de billes. Il se lance dans des projets plus singulier avec La Femme qui pleure (1978) et La Drôlesse (Prix du Jeune cinéma à Cannes en 1979). Il découvre Juliette Binoche et Judith Godrèche, fait tourner Jane Birkin dans La Pirate (1984), Isabelle Huppert et Béatrice Dalle dans La Vengeance d'une femme (1988). Il obtient un succès public avec Le Petit Criminel (Prix Louis-Delluc 1990). Il attache un soin tout particulier au langage, qu'il filme des ados des beaux quartiers (Le Jeune Werther, 1993), des jeunes des cités (Petits Frères, 1999), les amours de Benjamin Constant et Germaine de Staël (Du fond du coeur, 1994) ou une fillette de 4 ans (Ponette, 1996). En 2003, il tourne Raja au Maroc avec Pascal Greggory qu'il retrouve pour Le Mariage à trois (2009) puis donne à Vincent Lindon le rôle de Rodin (2017).

Séance

Samedi 20 octobre 2018 , 11:00
Corum - Opéra Berlioz
En présence de Clotilde Courau