Cliquez pour aller sur cinemed.tm.fr

  Lettre 78 du : 3 novembre 2006  

Relations presse :

Presse nationale et PQR : Dany de Seille
Tél. : +33 (0)1 72 61 70 96 - Portable 06 08 91 57 14 - Fax : +33 (0)1 47 90 50 92
dany.deseille@orange.fr

Presse internationale et régionale : Gaby Pouget
Tél : +33 (0)4 99 13 73 70 - Fax : +33 (0)4 99 13 73 74
pouget@cinemed.tm.fr

Le dernier week-end : les moments forts




 Vendredi 3 novembre : Rencontre avec Amos Gitaï

Table ronde avec Amos Gitaï Le Corum - Espace Joffre 1, 14 h
animée par Jean-Michel Frodon (Les Cahiers du cinéma)

Amos Gitaï est né à Haïfa en 1950. De 1971 à 1975 il étudie l'architecture en Israël et aux Etats-Unis et commence à réaliser des courts métrages. À partir de 1977, il tourne des documentaires pour la télévision israélienne. En 1982, la polémique déclenchée par Journal de campagne, tourné pendant la guerre du Liban, le contraint à quitter Israël pour Paris. En 1993 il rentre en Israël et depuis trente ans, avec près de 50 films, il a produit une œuvre extraordinairement variée où il explore l’histoire du Moyen-Orient.

Attention : aujourd’hui vendredi 3 novembre dernier jour de l’installation News from House/News from Home au Centre chorégraphique national, bd Louis-Blanc, Montpellier, ouvert de 9 h à 18 h


 Vendredi 3 novembre : Une nuit avec Tinto Brass

La Clé
En collaboration avec la Cinémathèque française.

Né en 1933, de famille vénitienne et licencié en droit, il travaille à la Cinémathèque française et devient l’assistant de Calvacanti, Ivens et Rossellini. Esprit anarchisant, il réalise ses premiers films dans les années soixante célèbrant des personnages de marginaux rebelles. Mais sa carrière prend un vrai tournant avec le succès de Salon Kitty (1976) et Caligula (1979) qui le propulsent sur le devant de la scène du cinéma érotique grand public. Il n’a cessé depuis de produire une œuvre sulfureuse assumée avec une certaine provocation mais aussi avec un talent incontesté.

Table ronde avec Tinto Brass, Espace Joffre 1, 16 h
En présence d’Emily Cauquy, de la Cinémathèque française

La nuit avec Tinto Brass - 6 films. Centre Rabelais, à partir 18 h jusqu’au lendemain à l’aube
En présence du réalisateur

La Clé (Italie, 1983, 1 h 50 mn). Avec Stefania Sandrelli, Frank Finlay, Franco Branciaroli.
Miranda (Italie, 1985, 1 h 43 mn). Avec Serena Grandi, Andrea Occhipinti, Franco Branciaroli.
Capriccio (Italie, 1987, 1 h 30 mn). Avec Nicola Warren, Francesca Dellera, Andy J. Forest.
Paprika (Italie, 1991, 1 h 50 mn). Avec Deborah Caprioglio, Stéphane Ferrara, Martine Brochard.
Cosí fan tutteCosí fan tutte (Italie, 1992, 1 h 39 mn). Avec Claudia Koll, Paolo Lanza, Ornella Marcucci.
Le Voyeur (Italie, 1994, 1 h 44 mn). Avec Francesco Casale, Franco Branciaroli, Katarina Vasilissa.

 Vendredi 3 novembre : avant-première, La Faute à Fidel

19 h 00 Le Corum - Opéra Berlioz. Projection unique en présence de la réalisatrice et de Julie Depardieu.

La Faute à Fidel, de Julie Gavras (France, 2005, 1 h 40). Avec Julie Depardieu, Stefano Accorsi, Nina Kervel-Bey, Benjamin Feuillet, Martine Chevallier.
Anna a neuf ans. Pour elle, la vie est simple, faite d'ordre et d'habitudes. Une vie qui se déroule confortablement entre Paris et Bordeaux. Sur une période d'un an entre 1970 et 1971, Anna voit sa vie bouleversée par l'engagement politique de ses parents...


 Samedi 4 novembre : soirée du palmarès avec une avant-première

18 h 30 Corum - Salle pasteur : cérémonie du palmarès

20 h 30 Corum - Opéra Berlioz : avant-première en présence du réalisateur

Les Optimistes, de Goran Paskaljevic (Serbie, 2006, 1 h 38 mn). Avec Lazar Ristovski, Bojana Novakovic, Petar Bozovic
Les cinq histoires composant Les Optimistes sont inspirées par la célèbre œuvre satirique de Voltaire, Candide, et sa devise : "L'optimisme c'est affirmer que tout va bien, quand tout va mal". Cela se passe aujourd'hui, dans la Serbie post-Milosevic. Teintées d'humour noir, ces histoires sont le reflet d'une époque remplie d'espoir et désespoir, d'un optimisme plus ou moins réel. Une époque où la fiction et la réalité coexistent côte à côte et où nombreuses sont les personnes à la recherche d'illusions perdues.

Avec en avant-programme, Cut !, de Alain Riou (France, 2006, 1 mn 30 s).
Coup de foudre et conséquences dans une file de cinéma...


 Dimanche 5 novembre : avant-première, Piccolo, Saxo et cie

14 h 00 Corum - Salle pasteur

Piccolo, Saxo et cie, de Eric Gutierrez, Marco Villamizar (France, 2006, 1 h 12 mn). Film d’animation.
Rien ne va plus sur la planète Musique. Toutes les familles d'instruments sont fâchées. Tout a commencé depuis la mystérieuse disparition des clés Sol, Fa et Ut et évidemment chacune des familles accuse l'autre de les avoir volées. Bref c'est la cacophonie : chacun joue dans son coin et plus personne ne veut entendre parler du grand orchestre. Mais lorsqu'un bois, Piccolo, devient le meilleur ami d'un cuivre, Saxo, la note Do n'en revient pas... Si ces deux-là sont copains et s'ils décident de partir ensemble à la recherche des clés, la grande musique est au bout du chemin. Ils se lancent alors, avec leur complice Do, dans une grande aventure semée d'embûches et de dangers. La quête de l'harmonie n'est pas chose facile !


 Dimanche 5 novembre : film de clôture

20 h 00 Corum - Opéra Berlioz, 14 h

A l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Luchino Visconti
Film présenté en avant-première de sa ressortie nationale, en copie neuve


Rocco et ses frères, de Luchino Visconti (Italie, 1960, 3 h 10 mn). Avec Alain Delon, Annie Girardot, Renato Salvatori, Claudia Cardinale, Katina Paxinou, Roger Hanin, Paolo Stoppa, Suzy Delair.
Une mère et ses cinq fils ont quitté la misérable Lucanie pour s'établir dans les brumes du Nord, à Milan. L'aîné s'est avantageusement marié. Le second, Simon, devenu boxeur, a pour maîtresse Nadia, une prostituée. Il ne tarde pas à mal tourner et ne pardonne pas à son cadet, Rocco, de devenir champion à sa place et d'aimer la femme qu'il a pourtant quittée. La rivalité des deux frères se résoudra dans un paroxysme tragique.

 "Flash festival", le quotidien du festival

Du 27 octobre au 5 novembre, le festival publie son quotidien en collaboration avec Midi Libre. Tiré à 2000 exemplaires, il est disponible chaque matin dès 9 h 45 au Corum et au Centre Rabelais. Point sur les moments forts de la journée, dernières informations concernant la programmation, tableau des horaires de toutes les séances, brèves, c’est le compagnon indispensable du festivalier. Il est également consultable en ligne sur le site du festival www.cinemed.tm.fr.


 Informations générales

Le programme 2006, section par section, cliquez ICI.

Tous les films, tous les horaires disponibles sur le site du Festival, cliquez ICI.

Programme 48 pages, format pdf (1,7 Mo), téléchargez ICI


Ecrire au Festival

Si vous souhaitez ne plus recevoir de messages du Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier,
merci de nous le signaler à : unsubscribe@cinemed.tm.fr
If you do not wish to receive messages from the Montpellier Mediterranean Film Festival anymore,
please send a request to: unsubscribe@cinemed.tm.fr