Cliquez pour aller sur cinemed.tm.fr

  Lettre 74 / Newsletter 74 - du / dated: 25 octobre / October 2006  

28e Festival Cinéma Méditerranéen Montpellier
27 octobre-5 novembre 2006



Relations presse :
Presse nationale et PQR : Dany de Seille
Tél. : +33 (0)1 72 61 70 96 - Portable 06 08 91 57 14 - Fax : +33 (0)1 47 90 50 92
dany.deseille@orange.fr
Presse internationale et régionale : Gaby Pouget
Tél : +33 (0)4 99 13 73 70 - Fax : +33 (0)4 99 13 73 74
pouget@cinemed.tm.fr

Montpellier 2006 : les documentaires - les hommages - la rétrospective
(see English text below)



 Sélection documentaires 2006, 21 regards sur la Méditerranée (see English text below)

La Maison des enfants, Tamar Feingold
Slimane Azem, Rachid Mérabet
En collaboration avec la Médiathèque Federico Fellini.

Parmi les 21 documentaires retenus en sélection officielle pour ce 28e festival, on retrouve tout d’abord les formes classiques proposées par des réalisateurs portant un regard ethnographique sur un coin du monde, loin de la frénésie ambiante (Travailleurs, Elogio ao 1/2, Une gorgée d’attente) et des films qui donnent à voir, avec humanité et sobriété, une situation sociale ou politique actuelle (Ces filles-là, Deux sœurs, Le Toit).

En dehors de l’écho de ces préoccupations chères au genre documentaire qui s’est longtemps défini comme une "fenêtre sur le monde", émergent des œuvres singulières, moins en prise directe avec le réel, révélant un cinéma qui se nourrit de formes expérimentales ou fictionnelles, empruntées au film de montage, au road-movie, à la comédie sociale voire au burlesque (Le Brouillard dans les palmiers, Voyage en sol majeur, Chicken Elections).

Cette sélection 2006 est aussi une invitation au voyage, de l’Espagne au fin fond de la Roumanie en passant par le Portugal, l’Italie, Israël et la Palestine, le Liban et la Bulgarie, sous le signe de la variété thématique : des choix de vie que l’on fait soi-même (Un petit spectacle) ou que d’autres font pour vous (La Maison des enfants, Badal), à l’évolution économique qui malmène l’individu (Les Gens de la vallée du Jiu) ou un pays (Légèrement plus petit que l’Indiana) en passant par l’attente d’un avenir meilleur avec ou sans espoir (Welcome to Beyrouth, Closing your Eyes), la famille en éclat qui tente de conserver le lien (Loin), la musique comme expression d’une identité (Slimane Azem) ou l’économie qui dicte sa loi dans la création cinématographique comme ailleurs (Les Batailles de Troie)... 21 films, 21 points de vue sur une Méditerranée qui reste chaque année à redécouvrir.

Début des projections, Médiathèque Fellini, samedi 28 oct. 10 h et 14 h.

Les films, les horaires :
Compétition, cliquez ICI
Panorama, cliquez ICI

 Israël : Amos Gitaï, une double trilogie (see English text below)

News from Home/News from House
Amos Gitaï est né à Haïfa en 1950. De 1971 à 1975 il étudie l'architecture en Israël et aux Etats-Unis et commence à réaliser des courts métrages. À partir de 1977, il tourne des documentaires pour la télévision israélienne. En 1982, la polémique déclenchée par Journal de campagne, tourné pendant la guerre du Liban, le contraint à quitter Israël pour Paris. En 1993 il rentre en Israël et depuis trente ans, avec près de 50 films, il a produit une œuvre extraordinairement variée où il explore l’histoire du Moyen-Orient.
Vingt ans après son premier passage au festival de Montpellier, Amos revient. Qu'est-ce qui a changé, où en est le flou des frontières - celles des territoires collectifs, des espaces privés et mentaux, des modes narratifs - dans une aire géographique qui n'en finit pas de souffrir ?


Une réflexion resserrée autour de deux trilogies, l'une d'essence documentaire, l'autre fictionnelle, et une installation vidéo.

Signature : Amos Gitaï dédicace "Mont Carmel", Editions Gallimard, Le Corum - Librairie Hall 0, jeudi 2 nov. 17 h

Soirée spéciale avec Amos Gitaï Le Corum - Einstein, jeudi 2 nov. 20 h

Table ronde avec Amos Gitaï Le Corum - Espace Joffre 1, vendredi 3 nov. 14 h

Les films, les horaires : cliquez ICI

L’installation vidéo :
Au Centre Chorégraphique National, bd Louis-Blanc, Montpellier, ouvert les 27, 30, 31 oct. et 2 et 3 nov., de 9 h à 18 h. Vernissage au Centre chorégraphique national 27 oct. 11 h

 Espagne : Avec Basilio Martín Patino, retour sur le nuevo cinema (see English text below)

Chansons pour un après-guerre
Né en 1930, c’est l’un des membres les plus talentueux du nuevo cinema et l’un des moins consentants à la compromission. Après ses premiers films de fiction (Neuf cartes à Berta, 1965, brillante évocation de la vie d'une ville de province) il s'éloigne de l'industrie cinématographique pour entreprendre dans une quasi-clandestinité et contre la censure une œuvre entre fiction et documentaire remarquable : Chansons pour une après-guerre (1971), Chers bourreaux (1973) et Caudillo (1974). Critique impitoyable du franquisme, mais aussi de toute mystification historique et culturelle, Patino est également le cinéaste de l'Andalousie et de sa mémoire. Une œuvre riche et complexe, peu connue en France, à découvrir en présence du réalisateur.


Soirée spéciale avec Basilio Martín Patino Le Corum - Opéra Berlioz, lundi 30 oct. 19 h

Table ronde avec Basilio Martín Patino Le Corum - Espace Joffre 1, mardi 31 oct. 18 h

Les films, les horaires : cliquez ICI

 Italie : Gianfranco Mingozzi, un amoureux du cinéma (see English text below)

L'Ecran magique
En collaboration avec l’institut culturel italien de Marseille.

Né en 1932 à Molinella, près de Bologne, Gianfranco Mingozzi a étudié le cinéma au Centro Sperimentale de Rome. Tout en faisant ses premiers pas comme assistant de René Clément et Federico Fellini, il réalise certains des meilleurs documentaires du début des années soixante (Con il cuore fermo Sicilia, 1965, Lion d’or au festival de Venise). Lorsqu’il passe au long métrage en 1967 avec Trio, il expérimente une forme extrêmement réussie de cinéma à mi-chemin entre documentaire et fiction. Et tout au long de sa carrière qui comptera de nombreuses fictions le documentaire restera un moyen d’expression qui lui est cher. C’est cette importante partie de son œuvre qu’il viendra présenter à Montpellier.


Soirée spéciale avec Gianfranco Mingozzi Le Corum - Opéra Berlioz, mardi 31 oct. 21 h 30

Journée Gianfranco Mingozzi, mercredi 1er nov. :/
Les documentaires, Programme 2, Einstein 1er nov. 11 h
Les documentaires, Programme 1, Einstein 1er nov. 14 h
Table ronde avec Gianfranco Mingozzi, Le Corum - Joffre 1, mercredi 1er nov. 16 h

Les films, les horaires : cliquez ICI

 Italie : le film à sketches ou le cinéma italien par excellence (see English text below)

Les Complexés
Il est habituel d'établir un parallèle entre la nouvelle en littérature et le sketch au cinéma, ce qui n'est que partiellement exact. Le sketch cinématographique trouve un semblant d'unité grâce à une thématique commune ou un seul et même acteur qui, tel Protée, incarne une multiplicité de personnages. A ce jeu, les Italiens se sont révélés des maîtres pour des raisons dont les motivations économiques ne furent pas toujours exclues. La diversité des sketches qui seront présentés dans le programme de cette 28e édition étonnera par la richesse de ses génériques et permettra d'apporter un motif de rire sans retenue à la projection de films qui sont de vrais chefs-d'œuvre.

Journée « le film à sketches » samedi 28 oct.


Table ronde Films à sketches Le Corum - Espace Joffre 1, samedi 4 nov. 16 h

Les films, les horaires : cliquez ICI


 Une nuit avec Tinto Brass : hommage au maître de l'érotisme (see English text below)

Paprika
En collaboration avec la Cinémathèque française.

Né en 1933, de famille vénitienne et licencié en droit, il travaille à la Cinémathèque française et devient l’assistant de Calvacanti, Ivens et Rossellini. Esprit anarchisant, il réalise ses premiers films dans les années soixante célèbrant des personnages de marginaux rebelles. Mais sa carrière prend un vrai tournant avec le succès de Salon Kitty (1976) et Caligula (1979) qui le propulsent sur le devant de la scène du cinéma érotique grand public. Il n’a cessé depuis de produire une œuvre sulfureuse assumée avec une certaine provocation mais aussi avec un talent incontesté. (En collaboration avec la Cinémathèque française.)

Soirée spéciale avec Tinto Brass Rabelais, jeudi 2 nov. 21 h

Table ronde avec Tinto Brass, Espace Joffre 1, vendredi 3 nov. 16 h
En présence d’Emily Cauquy, de la Cinémathèque française

La nuit avec Tinto Brass - 6 films. Centre rabelais, vendredi 3 nov. à partir 18 h jusqu’au lendemain à l’aube

Les films, les horaires : cliquez ICI

 Et aussi... (see English text below)

Et aussi Filmer en Région - Les arts numériques , installations et dispositifs scéniques - Une performance-création de Jérôme et J.-François Blanquet - La Journée du scénario, avec Jean-Claude Carrière - Les Films d’animation - Et le cinéma des lycéens avec Wong Kar-wai.

 Informations générales (see English text below)

Le programme 2006, section par section, cliquez ICI.

Tous les films, tous les horaires disponibles sur le site du Festival, cliquez ICI.

Programme 48 pages, format pdf (1,7 Mo), téléchargez ICI

 (English text) Montpellier 2006: documentary films, 4 tributes and a retrospective

> 2006 documentary selection: 21 looks on the Mediterranean



Amongst the 21 documentaries selected for this 28th festival, first we find the classical forms offered by directors with an ethnographical look on a corner of the world, far away from the surrounding frenzy (Workers, Elogio ao 1/2, anTEAcipation) and films showing, with humaneness and sobriety, a social situation or actual politics (These Girls, Two Sisters, The Roof).

Apart from the echo of these preoccupations cherished by the genre that was defined as a “window on the world” for a long time, singular works are standing out. They are less about being close to reality, revelling a cinema using experimental or fictional forms, borrowed to various genres: road-movie, social comedy and even burlesque (The Mist in the Palm Trees, Voyage en sol majeur, Chicken Elections).

This 2006 selection is also an invitation to travel, from Spain to Romania to Portugal, Italy, Israel and Palestine, Lebanon and Bulgaria, varying the themes: from the choices that we make (A Small Performance) or that others make for us (The Children's House, Badal), to the economic evolution that manhandles individuals (Jiu River Valley People) or a country (Slightly Smaller than Indiana) to waiting for better days with or without hope (Welcome to Beirut, Closing your Eyes), fragmented families trying to stay in touch (Luntano - Far), music as the expression of identity (Slimane Azem) or economy ruling film creation just like everything else (Battles of Troy)... 21 films, 21 points of view on a Mediterranean that remains to be rediscovered every year...

Screenings starting at the Médiathèque Fellini, Saturday 28 Oct. 10 a.m. et 2 p.m..

Films and schedule:
Competition, click HERE
Panorama, click HERE

> Israel: Amos Gitai, A Double Trilogy



One of the guests at the 1986 Montpellier Festival was a young Israeli filmmaker whose filmography already deserved great attention, including in particular House (1980), Field Diary (1982) and Esther (1985). An extraordinarily interesting meeting that left written traces in the proceedings of the Festival. Twenty years later, we wish to review what is now a considerable body of work with the participation of Amos who will present a selection of his films and a video installation.
Amos Gitai was born in Haifa in 1950. He studied architecture in Israel and the United States from 1971 to 1975 and started to make short films. He made documentaries for Israeli television from 1977 onwards. In 1982, the controversy triggered by Field Diary, made during the Lebanon war, obliged him to leave Israel for Paris. There, he continued to examine the themes of exile and immigration and then returned to Israel in 1993. With nearly 50 films (documentaries and fiction) made in 30 years, Amos Gitai has an extraordinarily varied body of work in which he explores the history of the Middle East and his own biography through the recurrent themes of exile and utopia.
Films and schedule: click HERE
Installation: click HERE

> Spain: With Basilio Martín Patino, return to the nuevo cinema



Born in 1930, Basilio Martín Patino is one of the most talented members of the nuevo cinema movement and one of the least willing to compromise. After his first fiction films (starting with Nueve Cartas a Berta (Nine Letters to Bertha), 1965, a brilliant depiction of life in a provincial town), he put distance between himself and the cinema industry and, almost on a clandestine basis and striking against censure, made a remarkable body of work between fiction and documentary: Canciones para después de una guerra (1971), Queridísimos verdugos (Dearest Executioners) (1973) and Caudillo (1974). A merciless critic of Franco's regime and also of all historical and cultural deception, Patino is also devoted to filming Andalusia and its memory. This rich, complex work is little known in France and can be discovered in the presence of the director.
Films and schedule: click HERE

> Italy: the sketch film or Italian cinema by excellence



It is not unusual to draw a parallel between short story in literature and sketch in cinema, which is partly true. The cinema sketch finds some kind of unity thanks to a shared theme or one and only actor who, like Proteus, incarnates a multiplicity of characters. At this game Italians have revealed themselves masters for reasons that had sometimes to do with economical motivations. The diversity of the sketches that will be presented in this year programming will surprise by the richness of its credits and will give a chance to laugh out loud without restraint at the screening of films that are true masterpieces.
Films and schedule: click HERE

> Italy: Gianfranco Mingozzi, a cinema-lover


In collaboration with the Institut culturel italien de Marseille.
Born in 1932 in Molinella near Bologna, Gianfranco Mingozzi studied cinema at the Centro Sperimentale in Rome. While starting his career as assistant to René Clément and Federico Fellini, he made some of the best documentaries of the early 1960s (Con il cuore fermo Sicilia, 1965, winner of the Golden Lion at the Venice Film Festival). He experimented with an extremely successful form of film halfway between documentary and fiction when he turned to full-length features in 1967 with Trio. And throughout a career in which he has made many fiction films, the documentary remains one of his favourite methods of expression. He will present this important part of his work in Montpellier.
Films and schedule: click HERE

> Italy: a night with Tinto Brass


In collaboration with Cinémathèque française.
Born in 1933 from a Venetian family and qualified in Law, he worked at the Cinémathèque française and became Calvacanti’s, Ivens’ and Rossellini’s assistant. Characterized by his anarchist mind, he directed his first films in the sixties, celebrating rebel and marginal characters. His career took a real turn with the success of Salon Kitty (1976) and Caligula (1979) that brought him under the spotlights of the large audience erotic cinema. Ever since, he has not stopped producing sulphurous works, all assumed with a certain provocation but with a talent nobody can deny.
Films and schedule: click HERE

> And also...



Filming in the Languedoc-Roussillon Region - Digital Arts, installations and theatrical set - Performance - Creation by Jérôme and J.-François Blanquet - A lesson in scriptwriting, with Jean-Claude Carrière - Les Animated films - And the Classes L course with Wong Kar-wai.

 (English text) General information


2006 programme, section by section, click HERE.

Films and schedule, click HERE.

48-page programme, French, pdf format (1,7 Mo), download HERE

 28e Festival international Cinéma Méditerranéen Montpellier

27 octobre-5 novembre 2006
78, av. du Pirée - 34000 Montpellier - France
Tel. +33 (0) 499 13 73 73
Fax +33 (0) 499 13 73 74
www.cinemed.tm.fr
info@cinemed.tm.fr


Ecrire au Festival

Si vous souhaitez ne plus recevoir de messages du Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier,
merci de nous le signaler à : unsubscribe@cinemed.tm.fr
If you do not wish to receive messages from the Montpellier Mediterranean Film Festival anymore,
please send a request to: unsubscribe@cinemed.tm.fr