Lettre d'information 17 du 21 octobre 2004

26e Festival Cinéma Méditerranéen Montpellier
22-31 octobre 2004
www.cinemed.tm.fr
CONTACT PRESSE : Gaby Pouget, pouget@cinemed.tm.fr. Tél. 04 99 13 73 70.


Premier week-end : les moments forts



 Vendredi 22 octobre : Soirée d’ouverture

20 h 30 Corum - Opéra Berlioz, l’Espagne à l’honneur avec

Morts communs, de Norberto Ramos del Val (Espagne, 2004, 1 h 38 mn). Avec Javier Albala, Ernesto Alterio, Luchy Lopez.
Pampelune, 1973. L'inspecteur Eusebio Luquin, qui a pour principe de ne pas laisser son travail l'empêcher de dormir, poursuit avec son nouvel équipier une enquête sur le viol et le meurtre d'une jeune femme...
En présence du réalisateur et de l’un des comédiens principaux, Javier Albala.

et en avant-programme :
Les Superzamies contre le professeur Vinyle, de Domingo González (Espagne, 2003, 15 mn). Avec Barbara Goenaga, Lluvia Rojo, Momoyo Miya.
Trois Superzamies, transformées en Super-héroïnes après la chute d'une étrange météorite, doivent affronter le plus méchant DJ de la ville.

Soirée ouverte au public. Tarif unique 6,5 €. Infos pratiques et tarifs, cliquez ICI.

 Vendredi 22 octobre : Exposition Albert Masri

19 h 15 Corum - Hall 0

Vernissage de l'exposition réalisée avec le concours de la Caisse d'Epargne Languedoc-Roussillon.

Photo: Jérusalem (146 x 114 cm), pastel d'Albert Masri.

Né au Caire en 1927, Albert Masri est venu à Montpellier pour y étudier la médecine. Mais c’est à l'art qu’il va se consacrer et depuis 1954 il poursuit une œuvre de peintre et de sculpteur comprenant surtout des pastels, des bois, bronzes, étains, des réalisations monumentales, des illustrations de livres et des collages. Le festival lui rend hommage avec une sélection de ses œuvres exposées à Montpellier du 22 au 31 octobre 2004.

Des lieux anciens écrasés par l’histoire agitée du monothéisme, des places plus légères attendant le nettoyage du Mistral. Une palette qui s’éparpille et s’égaie derrière une monochromie de surface, une finesse qui demande au voyageur un peu d’attention, un peu de recul, un peu de plongée aussi. Plongez dans un grand pastel d’Albert Masri et vous verrez : vous aurez un peu d’air frais dans la tête et un peu de sable dans les godasses... (J.-F. Bourgeot.)

 Samedi 23 octobre : Marco Bellocchio à Montpellier

Soirée spéciale Marco Bellocchio avec deux séances en sa présence :

20 h 00 Corum - Salle Einstein
Sogni infranti : ragionamente e deliri, de Marco Bellocchio (Italie, 1995)
A travers des images d'archives et des interviews de quelques acteurs des "années de plomb", ce documentaire retrace les aspects théoriques et pratiques de la lutte armée orchestrée par les Brigades Rouges. Ces multiples points de vue et ces différents récits individuels visent à donner un sens historique aux événements, au "rêve brisé" de la révolution communiste.
Avec en avant-programme La Contestation (épisode Discutiamo, discutiamo), de Marco Bellocchio (Italie, 1969)

21 h 30 Corum - Opéra Berlioz
Buongiorno notte, de Marco Bellocchio (Italie, 2004)
Rome, 1978. Chiara, jeune terroriste engagée dans la lutte armée, est impliquée dans l'enlèvement et la séquestration d'Aldo Moro. A travers ses yeux - parfois égarés, souvent apeurés, consciemment ou inconsciemment aveugles face à la réalité qui l'entoure - nous voyons se dessiner l'univers complexe des "années de plomb".

 Samedi 23 octobre : Ouverture de la section Autres directions

Certaines images en mouvement qui nous intriguent et nous passionnent restent quelques fois des sortes d’imnis (images en mouvement non identifiées…). Mais ce n’est pas parce qu’un film ne trouve pas « naturellement » sa place dans telle ou telle partie de programme qu’on ne doit pas le montrer et donc vous en priver. Les œuvres que nous avons retenues cette année dans « Autres directions » sont certainement atypiques (par leur durée, leur caractère transfrontalier à la croisée des genres, par leur mixité technique, par leur audace commune à ne pas choisir les chemins balisés de la représentation cinématographique). Mais ce sont surtout de belles prises de risques qui méritent de trouver leur public dans un festival comme celui de Montpellier.


18 h 00 Corum - Salle Antigone
Variations 1/113, de Javier Aguirre (Espagne, 2003, 1 h 15 mn). Avec Ines Sastre, Javier Bardem, Emma Cohen, Manuel Gil.
Il l'embrasse.

22 h 00 Corum - Salle Einstein
Oh, Homme, de Yervant Gianikian, Angela Ricci Lucchi (Italie, 2004, 1 h 11 mn).
De l'emblème du totalitarisme à la souffrance physique individuelle, il s’agit d’un catalogue anatomique du corps blessé à travers une représentation de la violence de l'homme chargée de rage au sortir de la guerre de 14-18.

 Dimanche 24 octobre : Westerns

Un après-midi « western » avec trois films choisis par Bertrand Tavernier et présentés par Christian Viviani.

L’hommage rendu au cinéaste américain Anthony Mann dans le cadre du « stage classes L » organisé pour les 602 lycéens venus participer au festival se poursuit avec une après-midi spéciale western à ne pas manquer.

14 h 00 Corum - Opéra Berlioz
La Poursuite infernale, de John Ford (Etats-Unis, 1946). Projection unique.

16 h 00 Corum - Opéra Berlioz
Trois heures dix pour Yuma, de Delmer Daves (Etats-Unis, 1957). Projection unique.

19 h 00 Corum - Opéra Berlioz
La Prisonnière du désert, de John Ford (Etats-Unis, 1956). Projection unique.

 Dimanche 24 octobre : Arts numériques - Hommage à Nil Yalter

18 h 00 Corum - Salle Antigone

Projections interactives en présence de l'artiste.

Les Rites circulaires, de Nil Yalter (France, 1992)
Calligraphie, de Nil Yalter (France, 1993)
La Femme sans tête ou la danse du ventre, de Nil Yalter (France, 1974)
Histoire de peau, de Nil Yalter (France, 2003)
Pixelismus, de Nil Yalter, David Apikian, Nicole Croiset (France, 1996)
Espace de mémoire - usine Renault-île Seguin, de Nil Yalter (France, 2004)



 Dimanche 24 octobre : la soirée des « publivores »

21 h 30 Corum - Opéra Berlioz

Publicité et méditerranée

Un programme spécial composé par Jean-Marie Boursicot, l’inventeur de « la nuit des publivores ». 1 h 40 de spots publicitaires drôles, cocasses et éducatifs... prélevés dans la production d’une vingtaine de pays de la Méditerranée et couvrant une période allant des années trente à nos jours. Avec des signatures prestigieuses (Tornatore, Kusturica, Saura, Coppola, Fellini, Leone), des têtes connues (Fernand Sardou, Fernandel, Mélanie Griffith, Brad Pitt, Leonardo Di Caprio, Salvador Dali, Omar Sharif) et une campagne inédite pour la paix au Proche-Orient… Mention spéciale à la Syrie pour une réclame de confiture sur fond de Pink Floyd !

Publicité et Méditerranée, soirée présentée par Jean-Marie Boursicot.

 « Flash festival », le quotidien du festival

Du 23 au 31 octobre, le festival publie son quotidien en collaboration avec Midi Libre. Tiré à 2000 exemplaires, il est disponible chaque matin dès 9 h 45 au Corum et au Centre Rabelais. Point sur les moments forts de la journée, dernières informations concernant la programmation, tableau des horaires de toutes les séances, brèves, c’est le compagnon indispensable du festivalier. Il est également consultable en ligne sur le site du festival www.cinemed.tm.fr à partir de samedi matin 23 octobre.

 
Si vous souhaitez ne plus recevoir de messages du Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier,
merci de nous le signaler à : unsubscribe@cinemed.tm.fr
If you do not wish to receive messages from the Montpellier Mediterranean Film Festival anymore,
please send a request to: unsubscribe@cinemed.tm.fr
Ecrire au cinemed