Depuis 1991 :
76 projets de longs métrages de fiction aidés
29 films réalisés
plus de 425 000 euros d’aides attribués
 
Liste des projets lauréats ayant bénéficié d’une bourse d’aide depuis 1991 : cliquez ici.
 



26e Bourse d’aide au développement
25 et 26 octobre 2016
 
Grâce au soutien économique du Centre national du cinéma et de l'image animée, , de la Région Languedoc-Roussillon, de l’Association Beaumarchais,  de la société Titra Films, d’Anaphi Studio et de French Kiss productions, le Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier décerne des Bourses d'aide au développement pour des projets de long métrage de fiction.
 
Une résidence d’écriture est également offerte par le Centre des écritures cinématographiques Le Moulin d’Andé.
 
Une deuxième résidence d’écriture sera offerte par le MFI - Mediterranean Film Institute (Grèce).
 
Quinze projets de longs métrages ont été sélectionnés cette année. Leurs réalisateurs et producteurs les présenteront publiquement les 25 et 26 octobre 2016. À l’issue de ces consultations, le jury distinguera et récompensera plusieurs projets.
 
Jury : Leyla Bouyzid (réalisatrice), Monique Carcaud-Macaire (chercheur cinéma de l'université Paul-Valéry Montpellier III), Dominique Welinski (productrice), Jacques Bidou (producteur) et Antoine Khalife (directeur programme arabe, Festival International du Film de Dubaï).

 



Les 15 projets sélectionnés en 2016 :
 

Amazigh – l’homme libre d’Anita Lewton-Moukkes, réalisatrice et Baptiste Ménage, producteur, Marnie Production (France/Algérie)

Lorsque Nouredine, brillant étudiant berbère algérien, arrive à Montpellier, il est heureux de retrouver son frère Ali, un sans papiers DJ à mi-temps. Mais le sud de la France est sous alerte terroriste, et Nouredine se retrouve suspecté. Les frères sont alors forcés de retourner dans leur paisible village de Kabylie. Mais la fierté de Nouredine est bafouée et la violence qu’il a connue en France l’a changé pour toujours…

 

Le Boulevard Babel de Gheorghe Preda, réalisateur et Liviu Marghidan, producteur, Scharf Advertising (Roumanie)

Trois fils narratifs principaux et plusieurs secondaires se trament en parallèle et s'entretissent dans une Roumanie qui semble avoir échappée à tout contrôle. Tout court à la catastrophe dans un pays devenu une Babel où règnent l'humour féroce et un absurde digne du théâtre d'Eugène Ionesco.

 

Fronteira de Nuno Baltazar, réalisateur et Leonel Vieira, producteur, Stopline Films (Portugal)

Tino, Africain du Cap-Vert, se rend au Portugal pour fuir la pauvreté et aider sa famille. Adriano, un entrepreneur intolérant, lui trouve du travail dans un chantier de construction avec plusieurs autres travailleurs clandestins. Un jour, suite à un accident, l’un des travailleurs meurt sur le site. La construction doit s’arrêter et Adriano oblige Tino à surveiller le site. Tout seul, il commence à vivre dans le bâtiment inachevé.

 

Giannis dans les villes d’Eleni Alexandrakis, réalisatrice et productrice (Grèce/Macédoine/Pologne/Bulgarie)

À la fin de la guerre civile grecque, Giannis, orphelin de mère et fils de maquisard, grandit de 8 à 13 ans dans les Villes d’Enfants fondées par la Reine Frédérique. Il y perd son identité. La propagande de la guerre froide lui fait croire que son père n’est pas un rebelle mais un soldat de l’armée nationale. À 35 ans, il retrouve enfin son père, réfugié politique en Bulgarie.

 

L’Homme qui acheta la lune de Paolo Zucca, réalisateur et Amedeo Pagani, producteur, La Luna (Italie)

Quelqu’un, en Sardaigne, a pris possession de la lune.

Un agent secret doit enquêter sur le fait.

Un émigré bourru a la charge de l’entraîner.

Un pêcheur sarde a fait une grande promesse à une femme.

Et les Sardes – c’est bien connu – tiennent leurs promesses.

 

Marta de Jean Anouilh, réalisateur et Marie Sonne Jensen et Nathalie Algazi, productrices, La Voie lactée (France)

Marta vit recluse dans les collines à la frontière espagnole. Cela fait des mois qu’elle n’a pas vu Daniel, son fils unique. Alors qu’un incendie s’est déclenché dans l’arrière-pays, Marta soupçonne son frère Toni d’être mêlé à la disparition de Daniel. Les flammes gagnent du terrain et Marta comprend que le moment est venu d’agir et de reprendre sa vie en main.

 

Mieux qu’un lièvre ! de Brahim Fritah, réalisateur et Philippe Delarue, producteur, Futurikon Productions (France)

Philippe fait de la détection pour la fédération française d’athlétisme. Il sillonne les banlieues et les campagnes françaises les plus reculées pour trouver les coureurs de fond de demain. Après chaque course, il rédige des rapports qu’il envoie à ses supérieurs. Un matin, la providence se présente à lui, au dixième étage de son HLM, en la personne de Yanis, 17 ans, le voisin d'en face...

 

La Mort des chevaux noirs de Ferit Karahan, réalisateur et Gülistan Acet, productrice, FK Film (Turquie)

Dans le territoire kurde de l’Empire Ottoman (1914), juste avant la Grande Guerre et la déportation arménienne, Yusuf et deux de ses frères voyagent vers une autre ville à la recherche de leur frère aîné qui est en prison. Un voyage ambitieux dans un monde disparu qui soulève des questions humaines et religieuses très contemporaines.

 

Peau de vache de Tamer Ruggli, réalisateur et Francine Lusser et Gérard Monier, producteurs, Tipi’mages Productions (Suisse/France)

Sue, présentatrice télé, n’en revient pas, lorsque sa mère défunte Fairouz, une aristocrate égyptienne, lui apparaît, en chair et en os, avec la ferme intention que soient accomplies ses dernières volontés. Obligée de retourner en Égypte, Sue se confronte à un passé auquel elle pensait avoir définitivement tourné le dos.

 

Quel drôle de pays ! de Vinko Bresan, réalisateur et Ivan Maloca, producteur, Inter film d.o.o. (Croatie/Slovénie/Allemagne/France)

Trois histoires dont on découvre progressivement la structure et le lien. Les principaux personnages sont un général suicidaire, un ministre du gouvernement croate et un groupe de parents de différentes nationalités qui, en déterrant les cercueils des défunts présidents croate et serbe, veulent forcer les gouvernements de ces pays à retrouver enfin leurs enfants disparus pendant la guerre.

 

Les Quinze de Michel Zarazir, réalisateur et Gabriel Zarazir, producteur (Liban)

Durant la Seconde Guerre mondiale, l’Europe est préoccupée par Hitler, Mussolini et Staline. Par contre le Liban est préoccupé par Matile et ses onze enfants.

 

Les Reptiles de Romain Laguna, réalisateur et Charles Philippe et Lucile Ric, producteurs, Les films du clan (France)

Été. Midi de la France. Entre les vignes sur les terres rouges du pays de Béziers et les déserts sableux et brûlés de Sète. Entre Alex et Morad, Nina, 17 ans, traverse les territoires. Elle est la seule à avoir vu cette météorite, comme un présage…

 

Sirin de Senad Sahmanovic, réalisateur et Jean-Christophe Barret, producteur, Alliance de production cinématographique (Serbie/Monténégro/France)

Pour une femme déterminée comme Nathalie Clement, renier ses origines slaves et changer d’identité a été aussi simple que troquer de vieilles chaussures pour des neuves. À peine réalise-t-elle son rêve de devenir avocate, que son premier cas la ramène dans son pays natal. On dit que le passé est une terre lointaine et que ceux qui y retournent ne sont plus les mêmes qu’avant…

 

Taymour et Yasmine de Viken Armenian, réalisateur et Louise Hentgen, productrice, Bobi Lux (France/Liban/Portugal)

Taymour et Yasmine se sont rencontrés sur un bateau de fortune entre la Turquie et une île grecque. Ils sont Syriens. Ils sont jeunes. Dans leur vie d’avant, il était rocker, elle était étudiante. À la manière de deux naufragés sans attaches, ils parcourent le sud de la France à la recherche de leurs destins.

 

Un été à Boujad d’Omar Mouldouira, réalisateur et Philippe Avril, producteur, Les Films de l’Étranger (Maroc/France)

Karim, 13 ans, revient passer l’été à Boujad au sud du Maroc. Il retrouve Aïcha, sa belle-mère, Tarek, son demi-frère, et son père, Messaoud. Karim se lie avec d’autres ados du quartier où amitié et rivalité se mêlent aux premiers émois. Une maison réputée hantée, un cadavre déterré dans un cimetière... Ils vont peu à peu découvrir un terrible secret.

 


Le palmarès de la Bourse d’aide au développement 2016
 

> Une bourse de 8 000 euros

dotée par le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée

et une dotation de 5000 euros sous forme de prestations de post production image à valoir dans le cadre d’une post production complète doté par Anaphi Studio

au projet

Marta de Jean Anouilh, réalisateur et Marie Sonne Jensen, productrice, La Voie lactée (France)

 

> Une bourse de 4 000 euros

dotée par la Région Occitanie - Pyrénées/Méditerranée et 5 000 euros en prestations de services dans le cadre de la post-production complète du projet dotées par French Kiss.

au projet Le Boulevard Babel de Gheorghe Preda, réalisateur (Roumanie)

 

> Une bourse de 3 000 euros

dotée par l’Association Beaumarchais

et 2 500 euros en prestations de services dans le cadre de la post-production son dotées par Titra Film au projet Les Quinze de Michel Zarazir, réalisateur et Gabriel Zarazir, producteur (Liban)

 

> Une résidence d’écriture

offerte par le Centre des Écritures Cinématographiques Le Moulin d’Andé

au projet Peau de vache de Tamer Ruggli, réalisateur et Francine Lusser et Gérard Monier, Tipi’mages Productions (Suisse)

 

> Une résidence d’écriture offerte par le Mediterranean Film Institute d’Athènes - Grèce au projet

Mieux qu’un lièvre ! de Brahim Fritah, réalisateur (France)


DU COURT AU LONG

 

Deux résidences avec suivi personnalisé

au Centre des Écritures Cinématographiques le Moulin d’Andé,

financée grâce au soutien de la SACD

aux projets  In The Heat Of The Day de Or Sinai (Israël) et à Partout l’absence de Ramzi Maqdisi (Palestine)

 

 

 







Palmarès de la Bourse d'aide 2016