38e CINEMED
21-29 octobre 2016
 



Toute l’actualité de la Méditerranée : plus de 100 films inédits
Les avant-premières, les compétitions et les panoramas
 
• Avant-premières et copies neuves ou restaurées qui rendent compte de l’actualité cinématographique méditerranéenne en prévision des sorties en salles du quatrième trimestre 2015 et du premier trimestre 2016
• Longs métrages en compétition et en panorama
• Courts métrages en compétition et en panorama
• Documentaires en compétition
 
 
Tous les films sélectionnés avec les horaires, programme en ligne à partir du 4 octobre 2016.

 



SERGI LOPEZ INVITÉ du 38e CINEMED

 

Sergi López, le plus français des comédiens catalans, sera présent pour la première fois lors du prochain Cinemed. Le festival propose de parcourir, en sa chaleureuse présence, une carrière qui se joue des deux côtés des Pyrénées. Très vite adopté par la France, il est le premier comédien étranger à recevoir le César du Meilleur acteur, pour son rôle troublant dans Harry, un ami qui vous veut du bien de Dominik Moll en 2001.

Sergi López, figure attachante et familière du cinéma, interprétera, lors du Cinemed, la pièce de théâtre qu’il a coécrite avec Jorge Pico 30/40 Livingstone, dans laquelle il campe un explorateur rêvant de mettre la main sur une créature légendaire. Une prestation saluée par Le Monde : « Un réjouissant face-à-face entre un homme mal dans sa peau parce qu’en mal d’aventure et une créature à tête de cerf, muette, craintive et joueuse de tennis. Surprenant ? Résolument. Absurde ? Délicieusement ». La pièce a été présentée pour la première fois au festival Off d'Avignon en 2014.

Sergi López est originaire d'un village côtier de la Province de Barcelone. C’est à l’École Internationale de Théâtre de Jacques Lecoq, au début des années 90, que Manuel Poirier, à la recherche d'un acteur à l'accent espagnol pour La Petite Amie d’Antonio, le remarque. C’est la première étape d'une longue collaboration entre le cinéaste et le comédien (Western, Les Femmes ou les enfants d'abord, La Maison). Il enchaîne ensuite les rôles principaux, tournant en alternance en France et en Espagne avec entres autres Marc Recha (C'est ici que je vis), François Ozon (Ricky), les frères Larrieu (Peindre ou faire l'amour, 21 nuits avec Pattie), Guillermo del Toro (Le Labyrinthe de Pan) et vient d’achever sa troisième collaboration avec Arnaud des Pallières Orpheline.

 


RÉTROSPECTIVE ARNAUD ET JEAN-MARIE LARRIEU
 

Arnaud et Jean-Marie Larrieu ont répondu chaleureusement à l’invitation du Cinemed, Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier, une incursion dans leur univers élaborée avec leur complicité, une visite que Cinemed orchestre avec un malicieux plaisir. 

Ils sont frères, ont respectivement 49 et 50 ans, et font du cinéma ensemble. Voilà quinze ans que ce petit miracle tient, accouchant d’une œuvre sombrement drôle, panthéiste, montagnarde, désirante. Ils ont beaucoup œuvré pour la découverte des Pyrénées, l'érotisme gaillard, la peinture, tout en regardant droit dans les yeux la fin du monde. Ils filment les corps comme des paysages et les paysages comme des corps, avec sensualisme. Leurs acteurs sont heureux d’habiter leur univers anti puritain.

Arnaud et Jean-Marie Larrieu sont nés à Lourdes, dans les Hautes-Pyrénées. Ils découvrent conjointement le cinéma et la montagne dès l’enfance grâce à leur grand-père, cinéaste amateur.
Après plusieurs courts métrages, ils réalisent La Brèche de Roland en 1999 puis Un homme, un vrai en 2003 avec Mathieu Amalric, leur comédien fétiche. Peindre ou faire l'amour est présenté en compétition au festival de Cannes en 2005. Dans leur dernier film 21 nuits avec Pattie, tourné dans l’Aude, ils retrouvent Sergi López, également invité de cette 38e édition du Cinemed. « Pour les scènes de “fierté sexuelle“, c’est toujours à Sergi qu’on fait appel » déclarent-ils ! 

 


LE PRINTEMPS DU CINÉMA TUNISIEN

Cinemed est la voix des cinématographies émergentes du bassin méditerranéen, une tribune offerte à de nombreux cinéastes témoignant des bouleversements politiques et culturels de leur pays. Le Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier - 21 au 29 octobre -  a choisi cette année de donner la parole à la Tunisie, cinq ans après la révolution de jasmin, mouvement précurseur et initiatique d’un soulèvement populaire dans le monde arabe.

Répercussion ou conjoncture favorable, le cinéma tunisien a vu naître de nouveaux  talents. Ce cinéma qui s’interroge sur l’avenir de la jeunesse méditerranéenne rencontre le succès dans les festivals internationaux de Berlin ou Venise et attire de nouveau le public tunisien dans les salles.

Lors du 38e Cinemed, une dizaine de films seront programmés, fictions, documentaires, courts métrages. Parmi eux, Hedi de Mohammed Ben Attia, Ours d’argent à la dernière Berlinale, sera projeté en avant-première.

Une rencontre est également organisée avec les invités tunisiens. Ils apporteront leurs témoignages sur les incidences de cette révolution, sur le choix des sujets abordés dans leurs films et les conditions de production actuelles en Tunisie.

En présence des réalisateurs Mohammed Ben Attia, Leyla Bouzid, Raja Amari, Kaouther Ben Hania, Walid Mattar, Nejib Belkhadi, des producteurs Dora Bouchoucha et Imed Marzouk, des organisateurs des Journées Cinématographiques de Carthage qui fêtent cette année leurs 50 ans.

 


 

 

 







Sergi López



Arnaud et Jean-Marie Larrieu



Hedi de Mohamed Ben Attia