Ouverture du Mois du film documentaire

retour

Vivre avec son œil
Vivre avec son œil - Naïs Van Laer
- Documentaire

bottom_top_bar
 

France - 2016 - 54 mn - Réalisation : Naïs Van Laer - Scénario : Naïs Van Laer - Image : Naïs Van Laer, Sébastien Cros - Montage : Rodolphe Molla - Musique : Johann Levasseur - Son : Nicolas Joly -

Contact : SaNoSi Productions - 2, route du Parc - 28130 Maintenon - Tél : 02 37 99 52 35 / 06 60 46 02 10 - e-mail : contact@sanosi-productions.com - web : www.sanosi-productions.com/

Corum - Salle Einstein Samedi 28 octobre 2017, 16 h 00




À 80 ans, le photographe Marc Garanger revient sur sa carrière et nous raconte ce qui est au fondement de son regard : la naissance de sa révolte durant la guerre d’Algérie, ses reportages aux goulags du grand Nord soviétique, son admiration pour la résistance des peuples autochtones de Sibérie… Et quel que soit le pays, tout au long de sa vie, l’inlassable lutte pour la décolonisation de la pensée qui passe d’abord par une décolonisation du regard. La photographie comme affirmation de notre humanité partagée. Vivre avec son œil fait entendre la parole de ce photographe ultrasensible dans un film qui s’immerge dans le bruissement de la nature au petit jour.


 
 
Naïs Van Laer

Naïs Van Laer a été formée à l’École Nationale des Beaux-Arts de Valence puis de Lyon pendant cinq ans jusqu’en 2008 sous la tutelle du documentariste Olivier Zabat. Elle a réalisé plusieurs courts métrages documentaires à fort engagement social et artistique. Pendant deux ans, jusqu’en février 2011, elle réalise son premier film documentaire, Tiers-Paysage, en immersion dans le quotidien d’une famille Rom entre la France et la Roumanie, qui remporte le premier prix des Rencontres du Cinéma Européen de Vannes et le prix du film citoyen du Festival Écollywood, en 2012. Elle vient de terminer un portrait du photographe Marc Garanger, Vivre avec son œil. En parallèle de ce film, elle a travaillé sur un autre projet de film documentaire qui questionne la résistance des cultures marginales en Europe, Cendres. Passionnée par les sciences humaines, elle développe des collaborations avec des chercheurs issus de différentes disciplines (sociologie, géographie sociale, sociolinguistique) dans le but de favoriser l’interdisciplinarité et de créer des films ancrés dans un questionnement singulier. Elle est aussi cadreuse sur les projets d’autres cinéastes et s’investit dans la diffusion du documentaire de création en assurant la programmation des Pommes Sauvages, une association qui accueille des cinéastes en résidences d’écriture et organise des soirées dédiées au cinéma documentaire et à la musique.

 
bottom_bar