Films Agustí Villaronga

retour

El mar
El mar - Agustí Villaronga
- Fiction

bottom_top_bar
 

Espagne - 1999 - 1 h 51 mn - Réalisation : Agustí Villaronga - Production : Isona Passola - Scénario : Antoni Aloy, Biel Mesquida, Agustí Villaronga d'après le roman de Blai Bonet - Image : Jaume Peracaula - Décor : Francesc Candini - Montage : Raúl Román - Musique : Javier Navarrete - Interprétation : Ángela Molina, Bruno Bergonzini, Roger Casamajor, Antonia Torrent -



Corum - Opéra Berlioz Dimanche 27 octobre 2013, 19 h 00
Corum - Opéra Berlioz Jeudi 31 octobre 2013, 11 h 00




Été 1936, île de Majorque. Trois enfants sont témoins des violences de la guerre civile espagnole. Un drame inattendu les hantera à jamais… Ils se retrouvent dix ans plus tard. Francisca est entrée dans les ordres. Ramallo, beau garçon plutôt rebelle, cultive un certain penchant pour la violence et le sexe et n'hésite pas à vendre son corps à des hommes d'âge mûr. Quant à Manuel, plus introverti et réservé, il prend conscience du désir de plus en plus intense qu'il ressent pour son meilleur ami. Entre amours interdites et pulsions refoulées, parviendront-ils à laisser s'exprimer leurs sentiments ?


 
 
Agustí Villaronga

Né à Majorque, en 1953. Agustí Villaronga partage sa carrière d’acteur – Robin Hood nunca muere (1975), Souvenir (1994), El celo (1999), El habitante incierto (2004), Petit Indi (2009) – avec celle de réalisateur. Dès son premier long métrage, Tras el cristal (1985), il installe une atmosphère cinématographique trouble et obsédante. En 1989, il déconcerte le public et la critique lors du Festival de Cannes avec L’Enfant de la Lune (1988). Depuis les années 90 il a travaillé pour des commandes du Metropolitan Museum of Modern Art de New York (Al Andalus, 1992) ou encore de Massa d’Or Produccions, Tornasol Films et Arte (Le Passager clandestin, 1995). El mar (2000), est l’un de ses films les plus aboutis sur la post-guerre et les conséquences des violences de la guerre civile. Après Aro Tolbukhin : en la mente del asesino (2002) et Depués de la Iluvia (2006), il réalise Pain noir (2010) avec Sergi López et, en 2012, réalise Carta a Eva avec Ana Torent. Le 35e Cinemed lui a rendu hommage en sa présence.

 
bottom_bar