retour

La Ruée vers l'or
The Gold Rush - Charlie Chaplin
- Fiction

bottom_top_bar
 

États-Unis - 1925 - 1 h 36 mn - Réalisation : Charlie Chaplin - Scénario : Charles Chaplin - Image : Roland Totheroh - Montage : Charles Chaplin - Musique : Charles Chaplin - Interprétation : Charles Chaplin, Mack Swain, Tom Murray, Georgia Hale -






Klondike, fin du XIXe siècle. Des aventuriers partent en quête de filons d'or dans les montagnes enneigées. Parmi eux, un petit homme coiffé d'un chapeau et muni d'une canne se réfugie un jour de tempête dans une cabane perdue où il rencontre deux autres chercheurs d'or. De retour bredouille à la ville, le petit homme fait la connaissance de Georgia dont il tombe amoureux.


 
 
Charlie Chaplin

Charles Spencer Chaplin, dit Charlie Chaplin, est né à Londres le 16 avril 1889. De parents artistes de music-hall, il commence par se faire un nom au Casey's Circus où il brille par ses imitations de comiques avant d'être recruté par le grand impresario Fred Karno. Après une première tournée aux États-Unis, Chaplin s'y installe en 1912. En 1913, il est remarqué par le producteur Mack Sennett qui l'engage à la Keystone Comedy à Hollywood et apparaît très vite sous les traits du personnage mondialement célèbre de Charlot. Il monte en 1918 son propre studio et en 1919, il est le cofondateur avec Douglas Fairbanks, Mary Pickford et D.W. Griffith de United Artist, maison de production indépendante dont il est membre jusqu'en 1952. Véritable homme-orchestre, il est à la fois réalisateur, acteur, producteur et compositeur de ses films et met en scène plus de 70 films. Avec Le Vagabond (1915), Charlot soldat, Le Kid (1921) ou La Ruée vers l’or (1925), Le Cirque (1928) Chaplin apporte une nouvelle dimension à la comédie, pas seulement par les talents de son jeu d’acteur ou de sa créativité burlesque, mais aussi dans le domaine de l’étude de caractère, de l’émotion et de la satire sociale présentes dans ses films. Avec l'avènement du parlant, Chaplin, qui avait conquis le public grâce à la pantomime, décide de continuer à réaliser des films muets mais sonores comme Les Temps modernes, Les Lumières de la ville (1931) qui font de lui encore aujourd'hui une des figures majeures du 7e Art. Il faut attendre Le Dictateur (1940), réquisitoire contre Hitler et les nazis, pour que Chaplin s'illustre par ses dialogues. À la sortie de son film noir, Monsieur Verdoux en 1947, alors que la paranoïa politique atteint un premier sommet, Chaplin, est suspecté de sympathies extrémistes et, en 1952, au moment où sort son film Les Feux de la rampe, est obligé de s'exiler et de s'installer en Suisse. Son film Un roi à New York (1957), violente condamnation du maccartysme, témoigne de cette période. Il réalise en 1967 La Comtesse de Hong-Kong, publie deux livres autobiographiques et continue à écrire des scénarios et à composer de nouvelles partitions musicales pour ses anciens films muets pratiquement jusqu’à sa mort, dans la nuit de Noël 1977.

 
bottom_bar