retour

Le Coup de sirocco
Le Coup de sirocco - Alexandre Arcady
- Fiction

bottom_top_bar
 

France - 1978 - 1 h 40 mn - Réalisation : Alexandre Arcady - Scénario : Alexandre Arcady, Jan et Daniel Saint-Hamont - Image : Jean-François Robin - Musique : Serge Franklin - Interprétation : Roger Hanin, Marthe Villalonga, Patrick Bruel, Michel Auclair, Jacques Duby -



Corum - Opéra Berlioz Samedi 3 novembre 2012, 16 h 00




Paul Narboni, dix-sept ans, rapatrié d'Algérie avec ses parents, se souvient de son enfance. Albert Narboni, son père, tenait une petite épicérie dans la région d'Oran, et menait une vie tranquille auprès de son épouse Marguerite. Il se préoccupait plus de football que des événements, qui à partir de 1954, annonçaient l'indépendance de l'Algérie. Il avait fallu vendre l'épicerie pour une bouchée de pain et se rapatrier en France, sur une terre inconnue pour apprendre à y vivre autrement.


 
 
Alexandre Arcady

Né en 1947, il a quinze ans lorsqu'il quitte l'Algérie, devenue indépendante, pour la France. Il s'attachera à dépeindre cet exil ainsi que la communauté juive dont il est issu dans Le Grand carnaval (1983) et Là-bas, mon pays (1999). À vingt-deux ans il débute une carrière de comédien en apparaissant dans une série télé intitulée La Cravache d'or, pour devenir par la suite directeur du théâtre de Suresnes. Il aborde le cinéma en 1977 en produisant le premier film de Diane Kurys, Diabolo menthe. Puis il passe à la réalisation avec Le Coup de sirocco. Attaché au cinéma de genre américain, il lui rend hommage tout en y intégrant des thématiques personnelles à travers le diptyque mafieux Le Grand pardon, Le Grand pardon II (1982 et 1992), la comédie policière Hold-up (1985), le polar L'Union sacrée (1989), ainsi que les thrillers K (1997) et Entre chiens et loups (2002). Il signe également la réalisation de Dernier été à Tanger (1987) et Pour Sacha (1991). Ses derniers films : Comme les 5 doigts de la main (2009), Ce que le jour doit à la nuit (2012).

 
bottom_bar