retour

Mort d'un cycliste
Muerte de un ciclista - Juan Antonio Bardem
- Fiction

bottom_top_bar
 

Espagne - 1954 - 1 h 40 mn - Réalisation : Juan Antonio Bardem - Scénario : Luis F. de Igoa, Juan A. Bardem - Image : Alredo Fraile - Décor : Enrique Alarçon - Musique : Isidoro Maiztegui - Interprétation : Lucia Bosè, Alberto Closas, Carlos Casaravilla, Otello Toso, Bruna Corra -

Contact : Tamasa Distribution - 63, rue de Ponthieu - 75008 Paris - Tél : 01 43 59 01 01 - Fax : 01 43 59 64 41 - e-mail : contact@tamasadistribution.com - web : www.tamasadiffusion.com

Corum - Opéra Berlioz Jeudi 1 novembre 2012, 21 h 30




Richement mariée, Maria José a pour amant son ancien fiancé, professeur de faculté et intellectuel tourmenté. Au cours d'une sortie clandestine avec celui-ci, elle écrase accidentellement un ouvrier à bicyclette et prend la fuite. Alors qu'elle craint un scandale qui la mettrait à la rue, Juan, lui, désire avouer la vérité à la police. Il demande alors à sa maîtresse de l'accompagner au commissariat et celle-ci feint d'accepter… Prix de la Critique à Cannes en 1955, ce film a frappé à la fois pour la satire sociale en demi-teintes mais assez féroce et pour l'intensité dramatique d'un scénario « cérébral » et d'une mise en scène d'une grande virtuosité.


 
 
Juan Antonio Bardem

Né en 1922, à Madrid. Fils d'un couple d'acteurs espagnols, Rafael Bardem et Matilde Munoz Sampedro, il était aussi le frère de l'actrice Pilar Bardem et l'oncle de Javier Bardem. Après des études d'ingénieur agronome, il obtient le diplôme de l'Institut des investigations et expériences cinématographiques de Madrid. Il débute en réalisant, avec Luis García Berlanga, un court métrage documentaire Paseo sobre une guerra antigua (1948). Sa collaboration avec Luis Garcia Berlanga se poursuit avec le satirique Bienvenue Mr Marshall (1952), pour lequel il participe au scénario. Son premier film personnel Cómicos (1953) décrit la réalité du monde théâtral qu'il connaît bien. Par la suite, Bardem exerce une critique pénétrante des mœurs de la classe bourgeoise sous le régime franquiste, en particulier dans deux œuvres très réussies : Mort d'un cycliste (1954) et Grand-rue (1956). Lui reprochant son appartenance au parti communiste d'Espagne, les autorités franquistes ordonnent son incarcération en 1956, avant même qu’il puisse finir Grand-rue. Il est décédé en 2002.

 
bottom_bar