Films Une nuit en enfer

retour

800 balles
800 balas - Álex de la Iglesia
- Fiction

bottom_top_bar
 

Espagne - 2002 - 2 h 5 mn - Réalisation : Álex de la Iglesia - Scénario : Jorge Guerricaechevarría, Álex de la Iglesia - Image : Flavio Martínez Labiano - Décor : José Luis Arrizabalaga - Montage : Alejandro Lázaro - Musique : Roque Baños - Interprétation : Sancho Gracia, Ángel de Andrés López, Carmen Maura, Eusebio Poncela -



Centre Rabelais Vendredi 30 octobre 2009, 20 h 00




Dans le sud de l'Espagne, Texas-Hollywood est un village poussiéreux digne de l'Ouest américain. Vestige de l'âge d'or d'Almeria où les plus grands cinéastes comme Sergio Leone et John Sturges sont venus réaliser des films inoubliables, ce décor abandonné est le théâtre d'un spectacle de cascadeurs mené par Julian, qui se vante d'avoir été la doublure de Clint Eastwood. Mais aujourd'hui, ce monde hors du temps est menacé par d'impitoyables requins de la finance qui veulent le raser pour y ériger un gigantesque parc d'attractions. Décidé à aller jusqu'au bout, Julian se munit de huit cents vraies balles..


 
 
Álex de la Iglesia

Né en 1965 à Bilbao. Diplômé de philosophie, il a écrit, dessiné et publié des bandes dessinés dans différents quotidiens, revues et fanzines. Après le court métrage Mirindas Asesinas (1990), son premier long métrage Accion mutante est produit par Pedro Almodovar et découvert en France au Festival du film fantastique d'Avoriaz. Le jour de la bête honoré de six Goya (les Césars espagnols) fait un carton sur le marché espagnol. Image d'un grand impact visuel et humour noir caractérisent son cinéma. Après la sortie de Perdita Durango, une superproduction tournée aux Etats-Unis, il prépare un autre projet ambitieux intitulé El regreso de Fu-Manchu pour 1999. En 2009, il succède à Ángeles González-Sinde, qui est nommée ministre de la culture, à la présidence de l'Académie du Cinéma Espagnol, l'instance qui délivre les Prix Goya, équivalents des Césars français. En 2011, il quitte cette fonction de façon fracassante pour protester contre la récente loi Sinde, version atténuée de l'Hadopi française, et consacre son discours de clôture de la Cérémonie des Goya, le 14 février, à une défense d'Internet dans l'économie culturelle. En 2013, il sort Les Sorcières de Zugarramurdi un long-métrage tourné entre la France et l'Espagne avec Hugo Silva, Mario Casas et Macarena Gomez. En 2014, il produit Musaranas un film noir sur l'agoraphobie.

 
bottom_bar