Films Hommage à Youssef Chahine

retour

Alexandrie, encore et toujours
Iskindiriah kaman oue kaman - Youssef Chahine
- Fiction

bottom_top_bar
 

Égypte/France - 1990 - 1 h 41 mn - Réalisation : Youssef Chahine - Production : Humbert Balsan, Marianne Khoury - Scénario : Youssef Chahine - Image : Ramses Marzouk - Montage : Rashida Abdel Salam - Musique : Mohamed Nouh - Son : Olivier Schowb, Olivier Varenne, Dominique Hennequin - Interprétation : Yousra, Youssef Chahine, Amr Abdel Guelil, Hussein Fahmy, Taia Carioca, Hoda Sultan -



Corum - Opéra Berlioz Vendredi 1 novembre 2013, 18 h 30




À la suite d'une rupture violente avec Amr, son acteur fétiche, le réalisateur Yehia Eskandarany, alias Youssef Chahine, se trouve obligé de remettre en cause tout son vécu. Rien ne ressemble plus à ce qu'il connaissait. Ni le pays, ni le cinéma, rien. En évoquant pas à pas les souvenirs du premier film avec Amr et du dernier, Yéhia retrace aussi l'histoire de l'infiltration du pétrodollar dans l'industrie du cinéma égyptien. Mais est-ce vraiment le pétrodollar qui a séparé Yéhia de Amr ? C'est Nadia, une jeune comédienne qui oblige Yéhia à se poser la question et à questionner la nature de l'amour qu'il a pour Amr et ses acteurs.


 
 
Youssef Chahine

Né en 1926 à Alexandrie, Youssef Chahine se rend aux États-Unis pour étudier le cinéma et l'interprétation à la Pasadena Play House. Deux ans après son retour au Caire, il fait ses débuts de réalisateur avec Papa Amine (1950). Dès ses premiers films, il introduit dans les mélodrames et les comédies musicales des éléments psychologiques, réalistes et sociaux. Sa carrière est ensuite marquée par de nombreux chefs-d'œuvre (Gare centrale, 1958 ; La Terre, 1969 ; Le Moineau, 1973 ; Alexandrie, pourquoi ?, 1978 ; Le Sixième jour, 1986 ; Le Destin, 1997). Alexandrie… New York (2003) a été présenté à Un Certain Regard au festival de Cannes en 2004. Le Festival de Montpellier lui a rendu un hommage en 1982 et 1983. Il meurt le 27 juillet 2008 au Caire.

 
bottom_bar